• Etre accompagnateur bénévole de séjour en 2013

    Vous souhaitez devenir accompagnateur sur un séjour APF Evasion pour la saison estivale 2013.

    Vous pouvez vous inscrire en ligne en cliquant ici

    Être accompagnateur, ç'est quoi ?! pour en savoir plus téléchargez le carnet de l'accompagnateur en cliquant ici

    Vous pouvez aussi proposer votre candidature en téléchargeant le dossier de candidature, cliquez ici.

    "Tous les accompagnateurs ayant fait un séjour en 2009, 2010, 2011 et 2012 ont du recevoir une fiche d'inscription simplifiée à nous retourner complétée, si ce n'est pas le cas merci de nous la demander par téléphone 01 40 78 00 00 (uniquement les demandes pour être accompagnateur)

    Merci de nous adresser votre candidature par mail :

    evasion.accompagnateurs@apf.asso.fr

    par fax : 01 40 78 69 73

    ou par courrier :

    APF Evasion

    Activité accompagnateurs

    17, boulevard Blanqui

    75013 Paris

    Nous vous invitons à consulter la liste de nos séjours cliquez ici

    Pour toutes informations, vous pouvez nous joindre au :

    01 40 78 00 00

    (Uniquement pour être accompagnateur)

     

    Source texte : APF EVASION

  • Décentralisation : les MDPH pourraient ne plus être transférées aux départements

    Exit du projet de loi sur la décentralisation, les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). La partie du texte qui transformait ces groupements d’intérêt public (Gip) en service du département n’apparaît plus dans l'avant-projet de loi que vient de rendre public le magazine Acteurs publics. Concernant le handicap, seul y figure encore le transfert des établissements et services d’aide par le travail aux conseils généraux, auquel les associations ne sont pas par principe opposées, même si elles y posent des conditions.

    blog.jpg

     

    La fin d’un symbole

    En revanche, elles étaient vent debout contre la transformation des MDPH. Aujourd’hui, les départements assurent la tutelle de ces groupements d’intérêt public (Gip), mais les MDPH sont administrées par une commission exécutive dont sont membres, outre des élus du conseil général, des représentants de l’Etat, des associations… Le projet de loi sonnait donc le glas de ce modèle innovant de copilotage. « Mettre fin aux Gip et Comex, c’est supprimer l’un des symboles les plus forts de la loi du 11 février 2005 : la réelle participation des usagers à la gouvernance de leur "maison", rappelle Malika Boubekeur, conseillère nationale compensation à l’APF. C’est aussi supprimer l’implication des représentants de l’Etat, qui sont les garants de l’équité territoriale, et permettent le lien avec les administrations déconcentrées. Le dispositif Gip-MDPH mérite certes d’être amélioré mais sa suppression n’apporte pas la bonne réponse. »

    Le gouvernement semble avoir entendu les arguments des associations, même si rien n’est encore définitivement acquis. Un arbitrage interministériel sur ce point et d’autres devrait avoir lieu d’ici la fin du mois. Il n’est donc pas exclu que le transfert des MDPH aux départements revienne dans le jeu, sous une forme ou une autre. Autre possibilité : que le sujet des MDPH soit renvoyé au projet de loi sur la dépendance qui devrait être présenté d’ici la fin de l’année. Elles pourraient alors voir le champ de leurs compétences étendu aux personnes âgées et devenir des Maisons départementales de l’autonomie (MDA), chères à François Hollande. « Dans plusieurs départements, dont la Corrèze, des MDA ont été mises en place, expliquait au magazine Faire Face, en avril 2012, celui qui était alors candidat à l’élection présidentielle (…). Il faut évaluer cette formule et la généraliser si elle rencontre de bons résultats. » Avec quel statut ? Quelle gouvernance ? Ces questions seront au cœur des débats.

    Franck Seuret - Photo CG Lozère

     

    Source texte : blog Faire Face

     

  • Médiator : l’indemnisation critiquée et des responsables du médicament soupçonnés de lien avec les laboratoires Servier

    Décidemment, l’affaire du Médiator n’en finit pas de rebondir et de faire parler d’elle. Si ce scandale s’étend, c’est à l’initiative des juges parisiens en charge de l'instruction. Ces derniers ont, dans le cadre du volet "tromperie et prise illégale d'intérêts" du dossier, convoqués deux ex-cadres de l'Agence nationale de sécurité du médicament (aujourd'hui Afssaps). L’information a été rapportée par nos confrères du Figaro qui ont pu avoir accès à certains procès-verbaux.

    En substance, il devrait être notamment demandé aux deux experts de s’expliquer sur leur lien avec les laboratoires Servier qui ont produit et commercialisé le Médiator. En effet, au moins un de ces médecins, à l’époque (de 1985 à 2000) où il occupait un poste-clé au sein de la commission d'autorisation de mise sur le marché et de l'évaluation des médicaments, a perçu des sommes importantes de la part de Servier. Rappelons qu’entre 1995 et 2000, tous les coupe-faim avaient été retirés du marché. Tous sauf un. Le Médiator…

     

    Gros scandale mais mince taux d’indemnisation

    Du côté des victimes, c’est l’incompréhension. Fin janvier 2013, sur 7 734 dossiers de patients reçus par l'Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux), 836 avis ont été rendus. Un rythme d’escargot qui implique un délai d’au moins cinq années pour que tous les cas soient examinés. Et surtout, à ce jour, seuls les cas de 64 personnes, dont une victime décédée, ont été retenus par le collège indépendant d'experts de l’Oniam. C'est-à-dire que seulement 5 % des présumées victimes ont été considérées comme telles par les experts de l’Office d’indemnisation.

    Outre ces décisions très défavorables aux patients, l’avis de l’Oniam surprend car il va parfois à l’opposé de celui des experts nommés par la justice !

    Ce qui fait dire à Irène Frachon, médecin à l’origine de la révélation du scandale, que « le taux de reconnaissance des valvulopathies (dysfonctionnements des valves cardiaques) liées au Médiator est extraordinairement bas. C’est un scandale. Nous demandons la démission du président du collège de l’Oniam. » Un de ses membres, le Dr Philippe Hervé, a déjà démissionné de lui-même en signe de protestation.

     



     

    Rappelons que l’usage du Médiator, commercialisé entre 1976 et 2009 à destination des diabétiques en surpoids, a été largement détourné pour être prescrit comme coupe-faim. Cette molécule est soupçonnée d'avoir provoqué de 500 à 2 000 décès. Outre le volet indemnisation des victimes, le fondateur des laboratoires Servier, Jacques Servier, a été mis en examen en décembre pour homicides et blessures involontaires. O. Clot-Faybesse

     

    Source texte : blog faire face

     

  • L'Association Valentin Haüy et la saint valentin !

     

    asso valentin hauy.jpg


    L'Association Valentin Haüy qui aide les aveugles et malvoyants vous propose de composer votre message à votre "Valentin" ou à votre "Valentine". Votre message sera traduit en alphabet braille !

    Le récepteur du message pourra alors lire le message secret sur le site de l'association.

    Pour cela il vous suffit de vous rendre sur le site de l'association puis de composer votre message secret, enfin il ne vous restera plus qu'a l'envoyer !

     

    Bonne Saint valentin à tous et à toutes !

  • Conférence sclérose en plaques

    conf sclérose.jpg

    Conférence/débat sur la sclérosqe en plaque, à Marseille, le samedi 6 avril 2013 de 14h à 18h. Organisée par ARSEP et PACASEP.

    AFFICHE

  • Des vêtements pour personnes en situation de handicap !

    Voici un petit article pour tous ceux qui recherchent des vêtements facile d'utilisation et pratiques pour tous les jours.

    Sites :

    www.habicap.com/

    www.adela-h-vetements-handicapes.net

    www.aandkclassics.fr

    www.hoptoys.fr/

     

     

  • ZOOM janvier mars 2013 dispo !

    Votre Zoom 84 janvier-mars 2013 est disponible ICI ou dans votre rubrique Journal départemental sur la gauche du blog.

  • Théatre en avignon - Vaincre les maladies de la vue

    retina annonce.jpg

    Rétina organise une pièce de théatre appelée "Le procès de Molière", le 29 mars 2013 à 20h30, au théatre Benoit XII d'Avignon. La pièce sera au profit de la recherche médicale en ophtalmologie.

     

    Entrée : 12 euros (gratuit pour les moins de 10 ans)

    Réservations au 04 90 86 56 34 / 06 18 32 40 77.

    Voir l'affiche

  • Dossier de presse - Baromètre de l'accessibilité 2012

     

    barometre.jpg



    Voici les résultats du baromètre de l'accessibilité pour l'année 2012.

    ICI !

  • Séminaire 8 fevrier 2013

    Assistance sexuelle : Présence à l’autre ou marchandisation du corps ?

     

    L’association CH(s)OSE organise un séminaire vendredi 8 février de 14h à 17h30 à la Bourse du Travail de Paris. Les différents intervenants (professionnels et témoins) tenteront de répondre ensemble à la question « Assistance sexuelle : Présence à l’autre ou marchandisation du corps ? ».

     

     

     

     

     

    Les journalistes sont invités à assister à ce séminaire et à découvrir la lettre ouverte adressée à François Hollande

     

    Vendredi 8 février de 14h à 17h30

     

    A la Bourse du Travail de Paris (29, bd du Temple - 75003 Paris)

     

     

     

     

     

     

     

    Programme :

    13h - 14h : Accueil des participants

     

    14h - 14h30 : Introduction et présentation du séminaire

     

    Pascale Ribes, présidente de CH(s)OSE et Julia Tabath, vice-présidente de CH(s)OSE

     

    > Présentation des invités et animation du débat

     

    Valérie Di Chiappari, rédactrice en chef du magazine Faire Face

     

    14h30 - 17h30 : Débats

     

    > Présence à l’autre ou marchandisation du corps : y a-t-il incompatibilité entre les deux ?

     

    > Pourquoi introduire la notion d’argent dans la rencontre avec un assistant sexuel ?

     

    > Qu’est-ce qui différencie assistance sexuelle et prostitution ?

     

    > Pourquoi défendre l’activité d’assistant sexuel dans notre société ?

     

    En présence de :

    Catherine Deschamps, socio-anthropologue

    Véronique Dubarry, adjointe au maire de Paris, en charge des personnes en situation de handicap

    Éric Fassin, sociologue

    Stéphane Lavignotte, pasteur

    Laëtitia Petitjean, personne en situation de handicap

    Estelle, assistante sexuelle

    Chantal Bruno, parent d’un jeune adulte en situation de handicap

    Willy Rougier, personne en situation de handicap

    17h30 : Verre de l’amitié

     

    Merci de confirmer votre présence avant le jeudi 7 février 18h à :

    Evelyne Weymann : evelyne.weymann@apf.asso.fr - 01 40 78 56 59 - 06 89 74 97 37

    Inscription sur : http://www.chs-ose.org/

     

    Voir le dossier de presse complet