Cirque, danse : à la découverte de 4 artistes handicapés pour égayer votre confinement

artistes

Alice Sheppard multiplie les performances artistiques au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Antoine Rigot : le poète funambule

Directeur artistique de la compagnie Les Colporteurs fondée avec sa compagne Agathe Olivier, Antoine Rigot a été victime en 2000 d’un grave accident suite à un plongeon dans la mer. De cette situation nouvelle a découlé une remise en question. Devait-il poursuivre son travail de circassien ? Les séquelles imposées à son corps l’ont conduit à mettre la fragilité de l’être humain au cœur de son propos artistique.

Dans Le bal des Intouchables créé en 2012, il utilise les techniques et la virtuosité de douze artistes (huit circassiens et quatre musiciens) pour questionner la marginalité, l’exclusion et la vulnérabilité. 

Magali Saby : l’intuitive

On se souvient de sa prestation dans Indésirables, le film de Philippe Barassat, palpitante et gracieuse. La grâce est sans doute ce qui caractérise le mieux cette jeune artiste. Comédienne, danseuse, Magali Saby multiplie les collaborations et n’a pas peur de se jeter à l’eau.

« Je ne sais pas si on me respecte en tant que danseuse, mais je pense que la question serait plus est-ce que déjà moi je me considère comme une danseuse ? », confiait-elle dans un reportage sur Arte. En 2017, elle a fondé sa compagnie Dé(s)équilibres. Et œuvre pour une meilleure reconnaissance des artistes en situation de handicap en France.

Alice Sheppard : la virtuose

Professeure d’études médiévales, Alice Sheppard a décidé de se lancer dans la danse en 2004 après avoir vu une représentation d’Homer Avila, danseur et chorégraphe en situation de handicap. Au-delà de danser, cette artiste s’interroge sur le handicap comme esthétique et force créatrice.

Pour elle, il n’est pas synonyme d’incomplétude. Au contraire, il offre de nouvelles voies à plusieurs styles de mouvement et de formes chorégraphiques uniques.

Dergin Tokmak : rien n’est impossible pour les artistes

Né en 1973 en Allemagne, Dergin Tokmak a été touché par la poliomyélite dans son jeune âge. À 12 ans, il se lance dans l’apprentissage du breakdance et du hip hop avec ses béquilles. Puis, il tourne avec le Cirque du Soleil de 2004 à 2011.

Ce danseur véloce a notamment été l’égérie de la campagne Start your impossible imaginée par Toyota en vue des Jeux Olympiques d’Hiver de 2018, à PyeongChang en Corée du Sud. Il a inspiré d’autres artistes comme le danseur unijambiste Brahem Aiache.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel