Covid-19 : les Jeux paralympiques de Tokyo reportés ?

La question d'un report des JO de Tokyo est de plus en plus à l'ordre du jour. Menace identique pour les Jeux paralympiques qui devaient avoir lieu fin août. Selon le président du CIP, "la vie humaine est beaucoup plus importante que tout ".

Alors que la flamme olympique vient d'arriver au Japon, va-t-on devoir reporter les Jeux olympiques de Tokyo, prévus du 24 juillet au 9 août, puis, en toute logique, les Paralympiques qui doivent avoir lieu dans la foulée (du 25 août au 6 septembre) ?

Illustration article

3 scénarios possibles

Face à la pandémie planétaire, cette perspective est désormais à l'ordre du jour, rendue plus crédible encore par le désistement probable de certains pays ; le Canada a ouvert le bal le 23 mars, ses comités olympique et paralympique ayant annoncé qu'ils ne participeraient pas aux Jeux si les dates actuelles étaient maintenues. Les négociations entre les différents partenaires (CIO, gouvernement japonais, comité d'organisation japonais, diffuseurs, partenaires, fédérations internationales, comités nationaux olympiques, athlètes…) ont donc débuté, Thomas Bach, président du CIO (Comité international olympique), ayant précisé qu'une annulation pure et simple n'était pas au programme. Trois options émergent donc de ce défi colossal : un report à l'automne 2020, dans un an ou dans deux.

Priorité santé

Andrew Parsons, président du CIP (Comité international paralympique) s'est exprimé à ce sujet le 22 mars 2020 dans un communiqué : « Le CIP et, j'en suis certain, l'ensemble du mouvement paralympique, soutiennent pleinement la décision du CIO d'examiner ces scénarios potentiels ». Pour lui, la « vie humaine est beaucoup plus importante que tout, et il est actuellement essentiel que tout le monde, y compris les athlètes, reste à la maison pour aider à prévenir la propagation de cette horrible pandémie », affirmant, face à une situation sans précédent, que la « santé et le bien-être de chaque personne présente est la priorité numéro un ».

4 semaines pour trancher

Le CIO se donne quatre semaines pour trancher, le temps « de voir si la situation sanitaire mondiale s'améliore ». Depuis l'organisation des premiers JO modernes, à Athènes en 1896, la compétition n'a été annulée qu'à trois occasions, en 1916, 1940 et 1944, durant les guerres mondiales.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel