Stationnement et handicap : faites respecter la gratuité

Des titulaires de la carte européenne de stationnement ou de la carte mobilité inclusion se sont vu infliger, à tort, des forfaits post-stationnement. Suivez ces quelques conseils pour limiter les risques.

 

« Des agents m’ont collé trois forfaits post-stationnement depuis janvier 2018. Et pourtant, ma carte stationnement handicapé était bien visible. » Passy et d’autres lecteurs ont laissé des commentaires agacés, sur faire-face.fr, suite à la parution de notre premier article sur le sujet. Dans leur viseur, la réforme du stationnement.

Gratuité pour les titulaires d’une carte

Depuis le 1er janvier, un automobiliste n’est plus sanctionné par une amende de 17 € s’il n’a pas glissé de pièces dans l’horodateur. Il doit s’acquitter d’un forfait post-stationnement (FPS). Son montant varie d’une commune à l’autre. En revanche, les titulaires de la carte européenne de stationnement (CES) et de la carte mobilité inclusion (CMI) conservent le droit de stationner gratuitement sur n’importe quelle place.

 

Une formation des agents trop tardive

Chaque mairie peut déléguer le contrôle à des sociétés privées. Mais la mise en œuvre a connu de nombreux ratés, comme les médias l’ont rapporté. Le manque de formation des agents pourrait expliquer certaines verbalisations indues dont ont été victimes des personnes handicapées. La société Moovia, qui gère le contrôle des places dans six arrondissements de Paris, à Nice, Bordeaux ou encore Dax, le reconnaît indirectement.

« Tout notre personnel n’a été formé que fin mars, début avril  sur les cartes mobilité inclusion et les cartes européennes de stationnement », explique ainsi Rémy Harroué, son directeur opérationnel. Autrement dit, il ne l’était pas suffisamment jusqu’alors.

«  La Maison départementale des personnes handicapées nous a communiqué les mentions devant impérativement figurer sur ces cartes, poursuit-il. Nos agents y sont particulièrement vigilants car beaucoup de fausses cartes circulent. »

Jusqu’à 13 % de véhicules avec carte

À Paris, par exemple, Moovia avait mené une première enquête de terrain, durant une semaine en février 2018. Huit à 10 % des véhicules garés sur les places contrôlées affichaient une CES ou une CMI. En avril, lors de la seconde enquête, ce pourcentage atteignait 12 à 13 %. « Dès lors que la carte est illisible, photocopiée ou que certaines mentions obligatoires n’y figurent pas, nos agents établissent un FPS. »

Apposez votre carte près de la vignette Crit’air.

Nos conseils pour éviter un FPS

1 – Apposez l’original de votre carte et non une photocopie.

2 – Si certaines mentions sont devenues illisibles, faites refaire votre carte.

3 – Collez-la sur le pare-brise et non sur le tableau de bord. Ceci pour qu’elle figure à coup sûr sur la photo que l’agent est tenue de prendre, lors du contrôle. Idéalement, juste à côté de la vignette Crit’air qu’il va scanner pour obtenir les informations sur votre véhicule.

 

Pour lire l'article dans son intégralité : https://www.faire-face.fr/2018/07/05/stationnement-et-handicap-faites-respecter-la-gratuite/

Source : Faire Face 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel