Politique - Page 2

  • Un haut fonctionnaire handicap dans chaque ministère

    Parce que le gouvernement réaffirme que le handicap est l'une des priorités de son quinquennat, il organisait dès le 20 septembre 2017 son premier Comité interministériel du handicap (article en lien ci-dessous). Edouard Philippe lançait à l'occasion un travail approfondi qui doit déboucher sur des plans d'action ministériels d'ici le début de l'année 2018. Il affirme vouloir en assurer le suivi en « réunissant le CIH chaque année et en évaluant l'impact des actions sur les indicateurs d'inclusion des personnes en situation de handicap ». Il a demandé à Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, de coordonner la préparation du plan d'action interministériel pour 2018-2022.

    Un haut fonctionnaire dans chaque ministère

    Pour ce faire, le Premier ministre, via une circulaire datée du 23 octobre 2017 (en lien ci-dessous), demande à chaque ministre de désigner au sein de son secrétariat général un « haut fonctionnaire en charge du handicap et de l'inclusion », qui aura pour responsabilité de définir et de mettre en œuvre la politique en matière d'accessibilité universelle et de handicap. Il « doit être en mesure d'animer des échanges au sein du comité des directeurs de votre ministère et de vous rendre compte personnellement », précise Édouard Philippe à l'intention de Sophie Cluzel. Pour l'exercice de cette mission, « doivent être privilégiés les fonctionnaires dont l'autorité et la compétence seront reconnues, et notamment les membres relevant des corps d'inspection ».

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-ministere-fonctionnaire-handicap-853-10316.php

    Source : Faire-face.fr

  • Résultats élections législatives 2017

    Bonjour à tous,

     

    Vous trouverez ci-joint pour information les résultats du premier tour des élections législatives sur Avignon.

    Voici le lien : http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/vaucluse_84/avignon_84000#xtor=CS2-765-[email]-

     

    Bonne journée 

     

     

  • Chronique Croizon : voter avec un handicap, mode d'emploi !

    A moins de trois semaines du premier tour des élections présidentielles, vous avez décidé de voter pour l'accessibilité !
    Oui, celle des bureaux de vote. Si voter est un droit pour tous les citoyens, certains en sont encore empêchés, et notamment lorsqu'ils sont en situation de handicap. Pour de multiples raisons qui concernent tous types de handicap. Aussi bien le handicap physique avec des problèmes d'accessibilité des bureaux que sensoriel avec l'impossibilité, par exemple pour les personnes aveugles, de voter en toute autonomie. Ou encore intellectuel car certains ont bien du mal à comprendre le processus électoral.

    Des consignes sont pourtant données aux présidents des bureaux de vote.
    Oui, il est principalement rappelé dans l'article D-61-1 du Code électoral, que « les bureaux et les techniques de vote doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap. Le président prend toute mesure utile afin de faciliter le vote autonome des personnes handicapées ». Les élections ont souvent lieu dans des écoles mais on se rend compte que toutes ne sont pas accessibles, et certains électeurs en fauteuil roulant doivent encore passer par l'accès fournisseurs. Y compris dans des écoles neuves !

    La ville de La-Chapelle-sur-Erdre, par exemple, a adressé aux présidents une lettre de rappel avec des dispositifs très pratiques…
    Oui, des idées pleines de bon sens. Par exemple penser à un cheminement pour arriver au bureau entièrement libre de tout obstacle. Prévoir un isoloir pour les personnes en fauteuil roulant avec un rideau et une tablette plus bas. Vérifier que l'isoloir est bien éclairé, notamment pour les malvoyants.

    Et, pour une fois, les chiens sont autorisés ?
    Oui les chiens-guides, leur accès ne peut évidemment pas être interdit.

    Cela suppose aussi quelques aménagements du processus de vote…
    Oui, un électeur handicapé est en effet autorisé à se faire assister par un électeur de son choix pour glisser le bulletin dans l'enveloppe puis dans l'urne. Et s'il se trouve dans l'impossibilité de signer, il peut lui demander de signer à sa place. Il convient, dans ce cas, de mentionner sur la liste d'émargement : « L'électeur ne peut signer lui-même ».

    Ne pourrait-on pas imaginer des bulletins en braille ?
    Certaines associations le revendiquent mais on rétorque que ce serait trop cher. Pourtant, en Allemagne, cela existe.

    Y-a-t-il d'autres exemples dont on pourrait s'inspirer ?
    Oui, par exemple aux Etats-Unis, il y a des machines à voter. Il suffit d'appuyer sur un bouton. Il en existe une qui permet aux personnes qui n'ont pas l'usage de leur main de souffler dans un tuyau pour faire bouger le curseur. Certaines affichent même la photo des candidats.

    En France, des initiatives sont mise en place par certaines mairies pour préparer au vote.
    Oui, c'est le cas à Rézé, une commune de Loire-Atlantique, qui a eu une excellente initiative. Le 24 mars 2017, elle a reconstitué dans les salons de l'hôtel de ville un bureau de vote pour permettre à des travailleurs d'Esat de se familiariser avec le déroulé du scrutin.

    C'est notamment le cas de Valentine, 21 ans …
    Cette jeune fille n'avait jamais voté et a déclaré « J'ai regardé l'émission à la télé et j'ai déjà choisi. Je veux voter pour le président ». D'autres se sont sentis rassurés de faire le parcours avant l'heure. Bastien avait déjà voté mais ne savait plus comment ça se passait. Et Fabienne a pu s'entraîner à plier le « papier » pour le mettre dans l'enveloppe. L'un d'eux a même proposé de mettre des photos sur les bulletins pour les personnes qui ne savent pas lire. Mais, au-delà de cette initiative, pourquoi ne pas instituer des cours d'éducation civique dans les établissements médico-sociaux ?

     

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-croizon-vote-accessibilite-853-9739.php

    Source : Handicap.fr

  • Handicap : oubliée du système, elle rend sa carte d'électeur

    Marie-José Duqueyroix et son époux ont rendu leur carte d'électeur. C'était le 27 mars 2017, à 11h, en mairie de Roussillon (Isère), en présence de leurs proches, d'un journaliste du Dauphiné libéré et même de certains élus. Une révoltée !

    Empoisonnée sur son lieu de travail ?

    A 65 ans, cette ex-salariée de la communauté de communes du Pays roussillonnais cumule les handicaps : œdèmes, troubles respiratoires, auditifs et visuels, sensibilité aux ondes électromagnétiques, douleurs incessantes… La faute à des produits chimiques sur son lieu de travail, auxquels elle dit avoir été exposée de 2006 à 2010, sans que son employeur, malgré de nombreuses alertes (chocs anaphylactiques, éruptions cutanées, nausées et maux de tête violents), ne s'en inquiète. Les médecins lui donnaient un an à vivre ; elle tient bon depuis quatre. « On nous a empoisonnés, martèle-telle. » « Nous » car, selon elle, certains de ses collègues ont continué à inhaler ces substances jusqu'en 2014. 

    Mille lettres, pas de réponse

    La Fonction publique refuse malgré tout de reconnaître ses symptômes comme maladie professionnelle. Marie-José doit survivre avec 500 euros par mois, comptant sur le soutien financier de son mari, pourtant en droit de prendre sa retraite depuis trois ans. Marie-José a frappé à toutes les portes, écrit au Défenseur des droits, à Manuel Valls, alerté les medias, déposé des plaintes… En vain. Mille lettres adressées à nos sénateurs, députés français et européens, pour deux ou trois réponses. En dépit de symptômes bien réels, on dit d'elle qu'elle a des « troubles graves anxieux et troubles de conversion » ; les portes se referment les unes après les autres. Le président de son ex-communauté de commune a toujours refusé de la recevoir. Selon elle, « il a laissé pourrir mon dossier avec des éléments qui l'accablaient ». Marie-José décide d'entamer une grève de la faim mais elle si fragilisée que cette décision mettrait sa vie en danger.

     

    A quoi bon voter ?

    Parce la République n'a pas fait son job, elle a décidé de la renier… « Nous sommes les oubliés de ce système alors à quoi bon voter ».

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-Duqueyroix-carte-electeur-853-9738.php

    Source : Handicap.fr

  • Chercher Élections : accompagné jusqu'aux urnes en cas de handicap

    elections-accompagne-jusqu-aux-urnes-en-cas-de-handicap-9586.jpgEn France, printemps 2017 rimera avec élections présidentielles (23 avril et 7 mai) et législatives (4 et 18 juin). Pour se rendre aux urnes, les personnes en situation de handicap pourront parfois compter sur l'entourage… Mais pas que ! Pour que le vote soit aussi simple et accessible que celui des personnes valides, le réseau Age d'or services, spécialisé dans l'aide à domicile, propose un nouveau mode d'accompagnement personnalisé.

    Le principe est simple

    Sur simple réservation, un intervenant vient chercher la personne qui en a besoin à son domicile et l'accompagne, à pied ou avec un véhicule, jusqu'à l'isoloir, avant de la raccompagner chez elle. Une initiative bienvenue pour remplir son devoir citoyen sans souci de mobilité ou d'accessibilité.

    Services personnalisables

    Spécialisé dans l'aide à domicile, le réseau Âge d'or services (site en lien ci-dessous) définit ses prestations en fonction de la distance à parcourir et des besoins de la personne. À noter que ces prestations permettent de bénéficier d'une réduction ou d'un crédit d'impôt de 50% des sommes versées.


    © Olivier Tuffé / Fotolia

     

    Source de l'article : https://www.handicap.fr/

  • #PaieTaPolitiqueSanté : le CISS interpelle les candidats à la présidentielle

    ciss,elections,interassociatifA l’occasion de l’élection présidentielle, le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS, dont l’APF fait partie, interpelle les candidats pour améliorer l’accès aux soins et à la santé pour tous.

    Le CISS a décidé de pointer cinq problématiques qui constituent les enjeux prioritaires en matière de santé : les déserts médicaux, les restes-à-charge, la pertinence des soins, le prix des médicaments innovants et la santé publique.

    Pour chacun de ces thèmes, les réponses qui seront apportées par chaque candidat seront publiées tout au cours du mois de mars, chaque mercredi à raison d’une thématique par semaine, de façon à faire connaître aux électeurs les intentions des candidats vis-à-vis des défis en santé.

    Cette opération est relayée sur www.66millionsdimpatients.org/presidentielles2017, ainsi que sur les réseaux sociaux avec notamment l’utilisation du hashtag #PaieTaPolitiqueSanté, pour appeler les internautes à donner de l’ampleur à l’interpellation des candidats ainsi qu’à la volonté de sensibilisation des électeurs de façon à ce que les projets des candidats en matière de santé soient des éléments déterminants de leur vote.

    Pour lire le communiqué, cliquez ici

    Source de l'article : http://www.reflexe-handicap.org/

  • Présidentielle 2017 : le Collectif ALERTE lance sa plateforme

    logo ALERTE.jpgLe Collectif ALERTE dont fait partie l’APF a lancé ce matin sa plateforme présidentielle : « Pour une société bienveillante, fraternelle et solidaire ».

    A l’approche de l’élection présidentielle, le Collectif ALERTE demande un plan interministériel de lutte contre la pauvreté traduit dans une loi de programmation financière sur 5 ans.

    Pour cela, ALERTE centre ses propositions autour de plusieurs thèmes : ressources et revenu ; formation professionnelle et alternance ; lutte contre l'isolement ; petite enfance ; soutien à la parentalité ; logement ; santé.

    Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

    Pour lire la plateforme en bref, cliquez ici

    Pour lire la plateforme complète, cliquez ici

  • Communiqué de presse

    ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017

    Publication du plaidoyer : « Ensemble, rendons la France accessible ! »


    Le Collectif pour une France accessible publie son plaidoyer à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017 : « Ensemble, rendons la France accessible ».

    Ce document a pour vocation d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle à la nécessité de rendre la France accessible pour tous. Aussi, ces derniers sont appelés à se prononcer sur 18 engagements portants, par exemple, sur la mise en place d’une délégation interministérielle à l’accessibilité universelle, le développement de campagnes de sensibilisation, ou encore la garantie à tout citoyen d’accéder à une offre d’habitat.

    Le collectif a envoyé ce plaidoyer aux candidats déclarés à l’élection présidentielle. Une communication des réponses des candidats est prévue ultérieurement.

     

    Organisé en deux parties, ce plaidoyer a pour but d’inciter les candidats à mettre l’accessibilité au cœur de leurs programmes et engagements.

    La première partie « l’accessibilité, un droit pour tous » rappelle les principes et enjeux de l’accessibilité universelle. La seconde partie « l’accessibilité, un engagement politique » décrit quatre grands fondements nécessitant une action politique urgente et présente des actions à mettre en place.

     

    Alors que vient d’avoir lieu la Journée internationale des droits de l’homme, le Collectif pour une France accessible rappelle qu’aujourd'hui encore, de nombreux citoyens sont exclus d’une participation sociale, économique et culturelle en raison du manque d’accessibilité. Pourtant, ils ne demandent qu’à devenir des citoyens actifs à part entière.

     

    Tout individu doit avoir accès à tout : cadre bâti public et privé, logement, transports, voirie, loisirs, éducation, emploi, services de santé, produits de consommation et services, technologies de l’information et de la communication…

    L’accessibilité inclut aussi le fait de pouvoir comprendre, disposer d’une information, d’un service, d’une prestation, d’un bien et ce, à tous les âges de la vie, quelles que soient les capacités et les spécificités de chacun.

     

    Le Collectif pour une France accessible rappelle que l’accessibilité ne concerne pas que les personnes en situation de handicap mais toutes les personnes susceptibles d’être gênées dans leurs déplacements quotidiens : personnes âgées, parents avec poussette, femmes enceintes, piétons, cyclistes et voyageurs avec bagages.

    Le Collectif souligne que l’accessibilité est un facilitateur du vivre ensemble et de la solidarité, elle est aussi créatrice d’égalité.

    Pour lire le communiqué complet : CP plaidoyer 2017 collectif_vdef.pdf


    Contacts presse :

    APF : Evelyne Weymann : 01 40 78 56 59 – 06 89 74 97 37

    Unapei : Anne-Charlotte Chéron : 01 44 85 50 83 - a-c.cheron@unapei.org

    Fnath : Arnaud de Broca : 06 20 51 04 83 -  arnaud.debroca@fnath.com

     

  • Service Politiques d'Inclusion

    Pour action

    Service Politiques d'Inclusion

    Cette lettre est rédigée par le service des politiques d’inclusion de la DDA-PI en lien avec la commission des droits fondamentaux et participation sociale du conseil d’administration. Elle est diffusée après chaque séance du conseil d’administration. Elle présente le suivi général de l’actualité politique (gouvernement, parlement, CNCPH, …) ainsi que les positions et les actions de l’APF relatives à cette actualité.

     

    Pour lire la lettre, cliquez-ici

  • Journée des Aidants le 6 octobre 2015

    PROGRAMME JOURNEE NATIONALE DES AIDANTS vaucluse 2015 _2_.pdf