Accessibilité - Page 8

  • sans accessibilité, pas de jurée

    AT-Juré-660x330.jpg

     

     

     

     

    Laura a été tirée au sort pour être jurée aux assises. Sauf que le Tribunal de Laon (Picardie) où elle devait siéger est inaccessible aux personnes à mobilité réduite.

    La loi hors-la-loi. Voilà comment pourrait se résumer l’histoire de Laura. Tétraplégique, cette jeune femme de 29 ans se réjouissait d’accomplir son devoir de citoyenne et d’assumer sa désignation comme jurée d’assises.

    Un tribunal hors normes

    Mais le jour du procès, dès son arrivée au Tribunal de grande instance de Laon (Picardie), premier obstacle : le portique de sécurité est trop étroit. Son fauteuil roulant ne passe donc pas. Qu’importe, elle arrive à le contourner pour se retrouver à nouveau bloquée au pied des escaliers. Pour de bon cette fois puisque aucune alternative (plan incliné, ascenseur, etc.) n’équipe cet édifice public ancien.

    Au final, Laura ne pourra pas assister au procès pour lequel elle était convoquée, faute d’accessibilité. La justice – ou l’injustice – aura surtout été blessante pour Laura : « Je ne pensais pas que je serai obligée d’attendre au pied des marches. C’est hallucinant, c’est honteux », s’est-elle ainsi indignée

    A lire sur France 3 Régions 

    Source : Faire face 

  • Sport : rendre le kitesurf accessible au handicap

    Le kitesurf accessible au handicap ? L'idée fait son chemin au sein de l'école d'ingénieurs ESTACA, établissement renommé spécialisé dans les transports et la mobilité. Des étudiants de l'association de voile de l'école, ESTACA Sailing, travaillent à la conception d'un bateau nouvelle génération : le Kiteboatspeed. Un nom qui en dit long sur les objectifs du projet puisque ses concepteurs ont pour ambition de le rendre à la fois accessible et suffisamment rapide pour la compétition. Un dispositif innovant pensé par et pour des skippers en situation de handicap.

    Défi humain et technologique

    Depuis novembre 2016, l'équipe se mobilise autour de l'optimisation de la coque du bateau. En février 2017, le nouveau prototype est en cours de fabrication, et les ingénieurs sont à la recherche de partenaires financiers. L'enjeu est de taille : pour être adapté aux personnes en situation de handicap, le Kiteboatspeed doit être à la fois solide, fiable et léger, tout en restant stable.

    Conçu par des passionnés

    Tous mordus de voile, les étudiants engagés autour du Kiteboatspeed mettent en application leurs acquis pour un projet concret dans leur domaine de prédilection. « Notre objectif est d'aboutir à un bateau qui, on l'espère, va contribuer à faire évoluer le monde de la voile pour les personnes en situation de handicap comme pour les valides, explique Thomas Desmis, étudiant en 4e année et président d'ESTACA Sailing. C'est très motivant ! » Pour aboutir à ce dispositif, les concepteurs ont établi un cahier des charges et travaillé sur la modélisation de la coque, avant de construire un moule et d'effectuer plusieurs études dites aérodynamiques afin que le bateau puisse prendre de la vitesse, dans l'optique d'une utilisation en compétition.

    Vers une catégorie paralympique ?

    Christophe Martin, fondateur de l'association Air Océan, qui participe au projet avec Chris Ballois, est paraplégique depuis un accident de VTT. Ce sportif est à l'origine du premier châssis fabriqué pour naviguer en kitesurf en position assise. Chris Ballois, né sans avant-bras gauche, est, quant à lui, détenteur du record du monde de vitesse à la voile handisport depuis 2014. Il est 7e du championnat du monde de vitesse de kitesurf 2016, parmi les valides.

    Premiers essais à venir

    Avec Kiteboatspeed, les deux skippers ont une sacrée ambition : créer une nouvelle méthode de navigation dans une classe de bateaux, avec l'objectif de participer aux Jeux olympiques et paralympiques ! Pour toucher au but, ce bateau adapté doit pouvoir assurer sécurité et performance aux navigateurs, hommes ou femmes, valides ou en situation de handicap. D'ici là, la nouvelle coque, en cours de fabrication, devra être soumise à des tests en dynamique au cours de l'été 2017, après des premiers essais sur l'eau au printemps, sur la base nautique de Saint-Quentin-en-Yvelines (78).

    Source : Handicap.fr

  • ViMaRare, pour mieux vivre avec une maladie rare

    ViMaRare application mobile pour les maladies rares

    L’application mobile ViMaRare propose des outils et conseils pour aider les patients et leurs proches à gérer la maladie rare au quotidien.

    Pensée par les malades et pour les malades, en coopération avec leurs familles et les professionnels qui les accompagnent, ViMaRare est une application mobile dédiée aux patients touchés par une maladie rare et à leurs proches.

    Lancé par l’Alliance Maladies Rares et sa délégation Champagne-Ardenne, l’application ViMaRare a pour objectif d’aider le malade et sa famille à gérer le quotidien en centralisant, les informations utiles, générales et personnelles, notamment en situation d’urgence. C’est une application transversale utilisable pour toute maladie rare car elle est personnalisable par chaque utilisateur.

    ViMaRare a reçu le Label « Droits des usagers de la santé »

    Reconnue et soutenue par l’ARS Grand Est qui a financé sa mise en œuvre, ViMaRare a reçu en décembre 2015 le Label « Droits des usagers de la santé ». « Une maladie est dite rare quand elle concerne moins d’1 personne sur 2 000, commentent les créateurs de l’application. Les maladies sont rares mais pas les personnes atteintes. Actuellement, 3 millions de personnes sont concernées en France par une maladie rare. L’application a pour objectif d’informer sur les maladies rares et d’inciter le patient à être acteur de sa santé. La fonctionnalité d’envoi de notifications, informant sur les évènements maladies rares, permet de rompre l’isolement ».

    ViMaRare propose quatre grandes rubriques : Informations essentielles – Gérer sa maladie au quotidien – Accéder rapidement à ses documents et à ses contacts. L’application est téléchargeable gratuitement sur smartphone.

    Vous pouvez retrouver cette application sur les plateformes de téléchargement smartphones Androïd et Iphone.

     

    Source de l'article : http://www.handirect.fr/

  • Chercher Élections : accompagné jusqu'aux urnes en cas de handicap

    elections-accompagne-jusqu-aux-urnes-en-cas-de-handicap-9586.jpgEn France, printemps 2017 rimera avec élections présidentielles (23 avril et 7 mai) et législatives (4 et 18 juin). Pour se rendre aux urnes, les personnes en situation de handicap pourront parfois compter sur l'entourage… Mais pas que ! Pour que le vote soit aussi simple et accessible que celui des personnes valides, le réseau Age d'or services, spécialisé dans l'aide à domicile, propose un nouveau mode d'accompagnement personnalisé.

    Le principe est simple

    Sur simple réservation, un intervenant vient chercher la personne qui en a besoin à son domicile et l'accompagne, à pied ou avec un véhicule, jusqu'à l'isoloir, avant de la raccompagner chez elle. Une initiative bienvenue pour remplir son devoir citoyen sans souci de mobilité ou d'accessibilité.

    Services personnalisables

    Spécialisé dans l'aide à domicile, le réseau Âge d'or services (site en lien ci-dessous) définit ses prestations en fonction de la distance à parcourir et des besoins de la personne. À noter que ces prestations permettent de bénéficier d'une réduction ou d'un crédit d'impôt de 50% des sommes versées.


    © Olivier Tuffé / Fotolia

     

    Source de l'article : https://www.handicap.fr/

  • Voitures aménagées : louez la vôtre avec Wheeliz !

    Avec Wheeliz, plateforme en ligne de location de voitures aménagées, en route pour l’autonomie !

     

     

    Wheeliz qu’est-ce que c’est ?
    Wheeliz est le premier site de location de voitures aménagées pour les personnes en fauteuil entre particuliers. Ce site permet aux propriétaires d’une voiture aménagée – avec une rampe et/ou un poste de conduite adapté – de louer leur véhicule directement à une autre personne en fauteuil, partout en France et pour beaucoup moins cher qu’en agence. C’est possible dès lors qu’ils ne se servent pas de leur voiture tous les jours.

     

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.handirect.fr/voitures-amenagees-location-wheeliz/

    Source : Handirect 

     

  • Carte mobilité inclusion : tous les détails en ligne

    La carte mobilité inclusion (CMI) a pour but d'attester que vous êtes en situation de handicap. Elle est accordée sous conditions et permet de bénéficier de certains droits notamment dans les transports. Elle remplace progressivement depuis le 1er janvier 2017 les cartes d'invalidité, de priorité et de stationnement  . La CMI n'est pas délivrée aux invalides de guerre qui conservent le bénéfice de la carte de stationnement. 

    Sa mise en place a suscité de nombreuses interrogations parmi les titulaires : comment se la procurer, quand, qui peut en bénéficier, quels avantages, obtenir un deuxième exemplaire, et en cas de vol ? Pour tout savoir, le site du service public (en lien ci-dessous) propose désormais une page dédiée qui répond en détails à toutes ces questions. 

    Site du service public : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34049

     Source : Handicap.fr

    specimen-carte-mobilite-inclusion-300x210.png

  • Un passager handicapé accuse la SNCF de discrimination

    Un étudiant handicapé a porté plainte contre la SNCF. Il déplore les conditions dégradantes dans lesquelles l’inaccessibilité des trains le contraint à voyager.

    Kévin Fermine en a marre d’être « maltraité » par la SNCF. Cet étudiant en droit de 25 ans, se déplaçant en fauteuil roulant électrique, a donc porté plainte pour discrimination, auprès du procureur de la République de Toulouse. Il a également saisi le tribunal administratif, vient-il de faire savoir dans un communiqué de presse.

    « Je me suis senti humilié. »

    « Je voyage très fréquemment dans des trains inaccessibles, explique le Toulousain Kévin Fermine. Faute de place adaptée, je me retrouve au milieu du passage, ce qui oblige les autres passagers à m’enjamber. » Autre grief : l’impossibilité de se rendre aux toilettes, trop étroites. « Imaginez, dans ces conditions, un voyage entre Toulouse et Paris. Six heures, lorsqu’il n’y a pas de retard. Il m’est déjà arrivé de ne pas pouvoir me retenir. Je me suis senti humilié. »

    Aller au wagon-restaurant est tout aussi impossible. « Les allées ne sont pas assez larges pour que je puisse y passer avec mon fauteuil roulant. Ou bien alors le bar se trouve à l’étage. » Quant aux boutons d’assistance, « ils sont très souvent désactivés », déplore-t-il.

    Une colère légitime, des poursuites peu susceptibles d’aboutir

    « Je veux que la justice reconnaisse qu’il n’est pas possible de maltraiter de cette façon les personnes en situation de handicap, alors que nous sommes tous des citoyens égaux, libres de se déplacer », insiste-t-il.

    Même si sa colère est plus que légitime, ses chances de voir ses recours aboutir s’avèrent minces. La loi précise en effet que seules les rames neuves doivent être accessibles aux personnes handicapées. Il n’existe aucune obligation pour le matériel déjà en service avant 2015, sauf s’il fait l’objet d’une « modification substantielle ».

    Des gares mises aux normes au plus tard en 2024

    Pour les gares, c’est la réglementation sur les établissements recevant du public qui s’applique. Leurs gestionnaires sont donc tenus de les rendre accessibles dans le délai accordé lors de l’approbation de leur agenda d’accessibilité programmée (Ad’ap).

    Deux secrétaires d’État et le président de la SNCF ont officiellement signé l’Ad’ap des services ferroviaires nationaux, fin novembre 2016.  Les travaux de mise en accessibilité des 160 plus grandes gares françaises s’étaleront, en toute légalité, jusqu’en 2024. Kévin Fermine n’entend pas se montrer si patient.

    « Impossibilité de fait de voyager en train. »

    « La loi de 2005 avait laissé un délai de 10 ans à la SNCF pour mettre ses équipements en parfaite conformité, argumente Pascal Nakache, son avocat. Nous considérons que les délais supplémentaires accordés par la suite aboutissent à une impossibilité de fait pour les personnes à mobilité réduite de voyager en train. Nous envisageons, le moment venu, de soulever une question prioritaire de constitutionnalité pour nous opposer à l’invocation d’une législation laxiste.

    Source : faire face

  • Picto travel : un moteur de recherche de lieux accessibles en France

    50 000 lieux répertoriés et accessibles en France : voici l’offre du nouveau site Picto travel. Selon son handicap, l’internaute peut cibler sa recherche et même se constituer un carnet de voyage avec ses bonnes adresses.

    Vous aviez déjà surfé sur Accessible.net, Jaccede.com ou encore Wheelmap.org. Mais connaissez-vous Pictotravel.fr ? Ce site permet de faciliter les déplacements des personnes concernées de près ou de loin par tout type de handicap. Qu’il s’agisse d’un handicap moteur, psychique, sensoriel ou passager. Mais aussi d’obtenir des renseignements sur les organismes pouvant leur venir en aide.

    Transports, activités de loisirs, hébergements, restaurants et services : près de 50 000 lieux y sont ainsi répertoriés. Les utilisateurs peuvent filtrer leur recherche en fonction de leurs difficultés, les différents handicaps étant identifiables via un pictogramme reconnaissable par tous.

    L’accessibilité de proximité et interactive

    Le fonctionnement de ce moteur de recherche communautaire est on ne peut plus simple. Une fois la destination saisie, l’internaute découvre, en fonction de son handicap, ce qui est accessible à proximité du lieu où il souhaite se rendre. Page de présentation avec plan de situation, photos, descriptifs : tout y est.

    De plus, il peut s’inspirer des choix et recommandations des autres utilisateurs en consultant leurs commentaires. Une réseau de renseignements interactif donc. Ensuite, il lui suffit juste de contacter directement les prestataires de son choix via Picto travel. Last but not least, il peut enregistrer ses recherches dans des carnets de voyage afin de conserver ses bonnes adresses.

    Source : faire face 

  • La belle histoire de Jé et ses potes unis pour davantage d’accessibilité

    Et si cette année la bonne résolution était de se montrer davantage solidaire ? En prenant exemple sur les amis de Jérémy Palluel. Ce jeune agriculteur, installé à Guillestre, dans les Alpes de Haute-Provence, est paralysé depuis un grave accident de voiture en 2015. Il avait alors 22 ans. Pour l’aider à reprendre son activité et s’occuper à nouveau de près de 200 animaux comme il le désirait ardemment, ses amis et proches ont créé une association : les Potes à d’Jé.

    Le financement participatif pour continuer à exercer son métier

    Via une plateforme de financement participatif, ils ont récolté plus de 12 000 euros… destinés à financer sa mobilité sur son exploitation.Les associations de Guillestre se sont aussi mobilisées pour soutenir “l’enfant du pays” ainsi que des internautes sur une page Facebook.

    Un fauteuil roulant électrique à chenilles spéciales pour rouler sur la terre et dans les champs par tout temps va être bientôt acheté ; des améliorations technologiques ont été effectuées sur son 4×4 et le tracteur de la ferme pour les rendre accessibles. Jérémy peut revivre son métier malgré son handicap. Reste à aménager les abords de la ferme. Un nouvel appel à financement est lancé… Si votre résolution pour 2017 est davantage de générosité, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

     

    Source : Faire face 

  • Transport Pam 75 : premiers véhicules électriques accessibles aux parisiens à mobilité réduite

    Le service de mobilité pour tous Pam 75, transport en région Île-de-France et Ville de Paris, vient d’acquérir ses premiers véhicules PMR de nouvelle génération. Des berlines 100 % électriques, accessibles et connectées pour plus de ponctualité.

    Acteur d’importance dans le cadre du transport des personnes en situation de handicap dans Paris et sa couronne, le service de mobilité pour tous Pam 75 innove. Il vient d’acquérir quatre nouveaux véhicules à la fois électriques et entièrement accessibles. Tous d’un même modèle. Après sélection de constructeurs et de carrossiers, le choix du réseau Pam 75 s’est porté sur le Nissan eNV200.Ces quatre Nissan s’ajoutent à un premier mis en circulation en juin 2016.

    Présentées le 3 janvier, ces berlines électriques ne sont qu’un premier contingent. Exploitée par le Groupe Keoli, la flotte Pam 75 devrait, en effet, se renforcer dans l’année, puisque 70 autres modèles respectueux de l’environnement sont attendus.

    une automobile pour PMR unique sur le marché français

    Grâce à l’intervention du carrossier Morice, spécialisé dans le système d’abaissement pneumatique, les véhicules ont été équipés afin d’accueillir, outre bien sûr le conducteur, un voyageur en fauteuil roulant ainsi que quatre voyageurs valides.

    De plus, ces automobiles sont pourvues d’un système d’aide à l’exploitation. Sa fonction ? Contribuer à une ponctualité accrue du service. Ainsi, le client sera informé en temps réel, de l’approche de son véhicule ou d’une perturbation. Pour garantir l’accessibilité de ces informations à tous, le choix sera donné entre plusieurs supports : courriel, SMS, message vocal sur mobile ou fixe.

    C’est également en 2017 qu’une application mobile PAM 75 devrait voir le jour. Elle permettra à un client de suivre en temps réel l’avancée de son véhicule et une fois à bord, de visualiser sur l’écran de son smartphone, l’itinéraire emprunté ainsi que les différents points d’arrêt.

    Source : faire face