Initiatives - Page 4

  • Une mannequin en une de Vogue avec son fils trisomique

    Petite révolution dans le monde très stéréotypé de la mode. La mannequin Américaine Amanda Booth pose en couverture du magazine Vogue néerlandais avec Micah, son fils de trois ans, dont la trisomie 21 a été diagnostiquée lorsqu'il avait 3 mois. « Je suis sûre que Micah est maintenant la première personne atteinte du syndrome de Down en couverture du magazine Vogue ! Je ne pourrais pas être plus fière. Je ne pourrais pas être plus honorée. Merci de partager notre histoire ! », écrit-elle sur le réseau social.

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-mannequin-trisomie-vogue-853-10374.php

    Source : Handicap.fr

  • Orthoprothésistes, une réalité loin des préjugés

    Le court-métrage Les chemins de la reconquête a été dévoilé à l’occasion des Assises nationales de l’appareillage orthopédique. 52 minutes pour se plonger dans le quotidien d’un orthoprothésiste.

    Sofia Alaoui a réalisé ce court-métrage pour mettre en avant la relation entre le professionnel et le patient.

    Remettre sur pied. Qu’elle est délicate la mission qui incombe aux orthoprothésistes. Ces professionnels de santé œuvrent chaque jour à concevoir et poser les prothèses pour remplacer des membres disparus ou des orthèses visant à suppléer une déficience. Sofia Alaoui en a fait les héros de son court-métrage. Pendant 52 minutes, Les chemins de la reconquête plongent le spectateur dans un centre parisien d’orthoprothésistes.

    Ce court-métrage, tourné sur sept mois, a été projeté le 13 novembre 2017, en préambule des Assises nationales de l’appareillage orthopédique. Il a été produit par le Club de réflexion sur l’avenir de la protection sociale (Craps). Ce think tank réfléchit aux problématiques de la protection sociale.

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/11/23/orthoprothesistes-realite-prejuges/

    Source : Faire-face.fr

  • Proposition d'hébergement adapté, en pension de famille

    Nous relayons une information qui peut vous être utile, pour vous, pour les aidants, afin de pouvoir partir en famille dans un lieu adapté, à Lamalou les bains (34240).

    Lire la suite

  • Accessibilité : le trip advisor des toilettes est arrivé

    Bonjour à tous!
    Parlons peu, parlons bien, parlons toilettes accessibles!

    Accessibilité : le trip advisor des toilettes est arrivé

    Avec Handipressante, une application gratuite et collaborative de géolocalisation des toilettes accessibles, lancée ce mois d’octobre, fini le stress ! Aujourd’hui, une centaine de lieux d’aisance sont répertoriés. À chacun de jouer pour qu’il y en ait de plus en plus !

    Une forte envie d’aller au W.-C. ? Précipitez-vous sur votre smartphone ! Handipressante, une application gratuite et collaborative, vous géolocalisera et indiquera les toilettes accessibles les plus proches. Vous n’aurez plus qu’à suivre le guide : un GPS vous y conduit. À moins que vous ne préfériez anticiper et regarder avant de partir, sur la carte, où vous pourrez vous rendre lorsque le besoin se fera sentir après votre séance de ciné ou avant votre dîner en amoureux…
    Une application collaborative

    Dans tous les cas, outre l’emplacement précis des toilettes, vous aurez des avis et des notes d’utilisateurs sur leur accessibilité, leur propreté, leur équipement… Comme l’application est collaborative, vous pourrez, vous aussi, ajouter des commentaires, des notes, créer de nouvelles fiches sur des toilettes accessibles qui ne seraient pas encore répertoriées.

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/10/23/accessibilite-trip-advisor-toilettes-ne/

    Source : Faire-face.fr

  • Rêves de gosse en apesanteur et en vidéo

    Cet été, huit enfants et deux adultes en situation de handicap ont fait l’expérience de l’apesanteur et de la gravité lunaire au cours d’un vol parabolique en compagnie d’astronautes. Une étonnante aventure que retrace aujourd’hui une vidéo.

    On les voit s’envoler, faire des sauts périlleux, partir à la poursuite d’une balle… Émerveillés et ravis. Eux qui, pour la plupart, se déplacent d’ordinaire en fauteuil ou avec des béquilles. Mais ce jour-là et pour quelques instants, ils ont été libérés de la gravité. Ils ont flotté dans la cabine d’un avion comme on a vu récemment Thomas Pesquet le faire dans l’espace, à bord de la station spatiale internationale.

    22 secondes d’apesanteur à chaque parabole

    Ce jour-là, en effet, huit enfants et deux adultes en situation de handicap venus de cinq pays européens participaient à un vol parabolique. Un vol bien particulier puisque l’avion, pour créer l’apesanteur, suit une trajectoire que ne prendrait jamais un vol commercial.

    À partir d’une position horizontale, il se cabre soudain pour monter fortement avant d’atteindre un palier et de piquer. Cette manœuvre permet d’obtenir vingt-deux secondes d’apesanteur. Elle est répétée plusieurs fois au cours d’un même vol et peut connaître de légères variantes pour tester la gravité de Mars ou de la Lune, par exemple.

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/10/13/reves-gosse-apesanteur-video/

    Source : Faire-face.fr

  • Une candidate en situation de handicap aux législatives

    Candidate en situation de handicap, mais surtout femme engagée : Portrait de Fatima Khallouk, jeune femme qui s’est présentée aux dernières élections législatives.

    Nous avons le plaisir de vous présenter le portait de Fatima, jeune femme candidate en situation de handicap lors des dernières élections législatives. Elle nous raconte cette expérience.

    Fatima Khallouk, 41 ans (presque), est chargée de mission citoyenneté au sein d’une grande association de malades, après une expérience de 11 ans comme interprète de conférence et traductrice, et deux années passées à travailler sur le programme de mise en accessibilité des agences d’une banque. Fatima est en situation de handicap moteur à la suite d’une polio contractée à l’âge de 15 mois. Elle a grandi en Bourgogne dans une famille ouvrière, aux côtés de 6 frères et sœurs qui sont des exemples de ce que l’école républicaine peut réussir de meilleur. Lors des dernières Législatives, Fatima, plébiscitée par les militants de son parti, s’est lancée dans l’aventure du suffrage universel.

    Quel était votre engagement politique ces dernières années ?
    D’aussi loin que je me souvienne, dès le début de l’adolescence, je crois, je me suis intéressée à la chose publique, à la lutte contre les injustices sociales. Ma famille était très politisée alors et je me suis située à gauche, bien avant de pouvoir voter. Plus tard, je me suis engagée dans le syndicalisme étudiant, puis au PS, en parallèle de mes engagements associatifs. Après les reniements successifs de ce parti, j’ai décidé d’adhérer au Parti Communiste Français, dont je me sentais proche (j’étais plutôt PS-aile très à gauche que Rocard-Valls évidemment).

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://www.handirect.fr/candidate-en-situation-de-handicap/

    Source : Handirect.fr

  • Colombie : bar pour sourds, on commande avec les yeux !

    En pleine journée, dans un bar de Bogota, deux filles allument une lampe posée sur la table en bois. C'est l'appel à prendre commande pour les serveurs du premier café de Colombie conçu pour les sourds. Erin Priscila Pinto et Carol Aguilera sont amies depuis longtemps. Mais c'est la première fois qu'elles peuvent se retrouver dans un lieu public répondant à leurs besoins : le Sin palabras Café sordo (Café sourd et sans paroles). "C'est le premier bar de Bogota et en Colombie qui est adapté sur le plan de la communication, visuelle et sensorielle", a expliqué à l'AFP Maria Fernanda Vanegas, l'une des trois propriétaires.

    Des clips en langue des signes

    Situé au coeur du quartier branché de Chapinero, dans cette capitale de huit millions d'habitants, ce bar d'un nouveau genre voisine avec des établissements axés sur la musique heavy metal, le reggae ou la clientèle gay. "Il vise à ce que nous, les entendants, nous nous adaptions aux sourds et non le contraire, comme c'est toujours le cas", ajoute Maria Fernanda. Le Sin Palabras est ainsi équipé d'écrans où passent des clips vidéo musicaux simultanément traduits en langue des signes, et une piste de danse dont le parquet transmet les vibrations de la musique pour permettre aux mal-entendants de suivre le rythme. La carte des boissons et des plats est traduite dans l'alphabet des sourds, qui disposent en outre de jeux de société comme le Jenga ou les dominos.

    Pouvoir danser, enfin

    Maria Fernanda et ses associés, Cristian Melo et Jessica Mojica, tous trois disposant d'une bonne ouïe, rêvent d'attirer au Sin Palabras les 54 000 malentendants qui vivent à Bogota, selon des chiffres de l'Institut national pour les sourds. La Colombie en compte au total près de 456 000, selon le dernier recensement national datant de 2005. La clientèle du bar est composée aussi bien d'entendants que de sourds. Le niveau sonore de la musique est le même que dans n'importe quel autre bar de Bogota. La différence, c'est que les mains ont le premier rôle. "C'est la première fois que je peux sentir la musique. Cela me plaît beaucoup parce que c'est la première fois que je peux danser", explique en langue des signes Erin Priscila, 23 ans, étudiante en photographie et audiovisuel.

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-cafe-sourds-colombie-853-10092.php

    Source : Handicap.fr

  • Maman d’un adolescent handicapé, je veux lancer ma marque de vêtements adaptés

    Karla Mendoza, 40 ans, est maman de trois enfants dont William, 13 ans, en situation de handicap moteur. Confrontée à des difficultés croissantes liées à l’habillage de son fils, elle a décidé d’imaginer des vêtements adaptés pour enfants et adolescents. Avec une amie d’enfance styliste, Karla compte lancer à l’automne 2017 WILL’ADAPT, sa marque de mode adaptée.

    « Au début, on ne s’en rend pas compte mais plus votre enfant grandit, plus la question des vêtements prend une place importante. Rien ne va jamais. On y passe toujours plus de temps. William est né avec une anomalie au niveau du cortex. Conséquence : dès l’âge de 3 mois, il a eu un retard moteur et des crises d’épilepsie. Mon expérience m’a montré qu’avec l’évolution du handicap, l’habillage et le déshabillage, des gestes simples de la vie quotidienne, devenaient une corvée désagréable et douloureuse pour lui, comme pour moi.

    Karla et William, son « héros » de 13 ans. © DR

    C’est de ce constat qu’est né mon projet il y a un an. J’étais en congé parental. Je me suis dit que c’était le moment de me lancer. Accompagnée de Jenny, une amie d’enfance styliste, nous avons commencé à imaginer une marque de vêtements adaptés pour les enfants et les adolescents en situation de handicap. Je réfléchis à des modèles et Jenny les dessine. Nous formons une équipe très complémentaire.

    Pour lire cette article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/05/16/maman-dun-adolescent-handicape-veux-lancer-marque-de-vetements-adaptes/

    Source : Faire face 

  • "Nos ateliers", le prêt-à-porter adapté à la petite taille

    Onéreux, compliqué, inadapté… Le prêt-à-porter classique ne convient décidément pas aux personnes de petite taille. C'est ce qu'ont constaté Romain Bitton et Marion de Bary, les deux co-fondateurs de Nos ateliers, start-up spécialisée dans la confection de vêtements adaptés aux personnes de petite taille. Romain et Marion sont étudiants en droit et se sont rencontrés en 2014 sur les bancs de la fac, à Paris. Un an et demi plus tard, ce duo de choc fait la connaissance d'une femme de petite taille qui leur apprend, au fil des conversations, qu'aucune marque de vêtements adaptés n'existe à ce jour.

     

    Système D ou sur-mesure

    S'habiller au rayon enfant ? Une idée reçue mais fausse : « Aujourd'hui, deux solutions existent, expliquent les entrepreneurs. Pour certains, le sur-mesure et la retouche, tous deux très coûteux. Pour d'autres, une série de systèmes D compliqués à mettre en œuvre au quotidien, qui rend le vêtement inapproprié à leur morphologie. » Fondée début 2017, Nos ateliers souhaite donc proposer un entre-deux : une ligne de vêtements simple et épurée, à commander et à recevoir chez soi à des prix raisonnables. Pour une pièce, compter entre 50 et 80 euros. « Nous avons créé trois tailles, A, B et C, adaptées à la morphologie de toutes personnes de petite taille », précisent les co-fondateurs sur leur site. Des nouvelles mesures qui ne suivent pas la logique des tailles « standard ».

     

    Première collection en cours

    La première collection, exclusivement destinée aux femmes, est composée de vêtements du quotidien, simples et intemporels. Elle a été pensée pour répondre à différentes envies et aux besoins liés au nanisme. La chemise, le pantalon et la robe, trois modèles habituellement difficiles à retouchés, constituent ici les essentiels de la ligne, aux coupes ajustées. Les premières commandes seront financées grâce à une campagne de financement participatif. « Un grand soin a été porté au choix des tissus : des matières souples, aériennes et faciles à laver », ajoutent-ils.

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-ateliers-mode-nanisme-853-9652.php

    Source : Handicap.fr

     

  • Personnalisation de fauteuils : À chacun son identité !

    Un fauteuil qui a du style! Ou la personnalisation de fauteuils roulants vue par Véronique Barreau.

    Dans cette nouvelle chronique, Véronique Barreau s’est intéressée à un nouveau phénomène de mode qui se développe dans le milieu du handicap : la personnalisation de fauteuils roulants. Envie de se distinguer, d’affirmer son identité, de donner une autre fonction à ce dispositif médical en lui donnant des couleurs et en l’égayant… Témoignages et tour d’horizon.

    Il est devenu indispensable à la vie de millions de personnes dans le monde ; de façon temporaire ou permanente, il permet quotidiennement à des hommes et des femmes de se déplacer. Dispositif médical en partie remboursé par la sécurité sociale et par la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), le fauteuil roulant de ville peut désormais être choisi au goût de chacun. Les fournisseurs internationaux rivalisent d’ingéniosité et de design pour satisfaire une demande toujours plus variée, car le client ne souhaite pas simplement se déplacer mais il aspire de plus en plus à un fauteuil qui lui ressemble.

    Une volonté de personnalisation
    « Je n’ai pas vraiment pensé au look de mon tout premier fauteuil, c’était juste après mon accident et j’avais déjà beaucoup de choses à gérer. Le plus important pour moi était de trouver un fauteuil léger, maniable, pratique et… dans mon budget ! Aujourd’hui, pour le second, je sais exactement ce que je veux : un fauteuil branché, qui ait du style, au look dynamique (comme moi !) et qui soit tout aussi léger que le premier ! », témoigne Florence.

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://www.handirect.fr/personnalisation-de-fauteuils-roulants/

    Source : Handirect