Vos droits - Page 6

  • Ecoles, Collège et Lycées n'ont pas fait de l'accessibilité une priorité

    25% des écoles primaires construites depuis 2008 ne sont pas accessibles aux élèves handicapés

    id7020_photo.jpg

     

    « Après 10 années d’application de la loi handicap, force est de constater comme pour les collèges et les lycées, que les écoles n’ont pas encore fait de l’accessibilité une priorité » précise le rapport.

     


    Dans le rapport annuel 2014 de l'observatoire national de la sécurité et de l'accessibilité des établissements d'enseignement apparaît pour la première fois une étude nationale sur l’accessibilité des écoles. Des enquêtes, des auditions et des visites sur le terrain dévoilent un chiffre peu flatteur : un quart des écoles primaires (25%) construites depuis 2008 ne sont pas accessibles selon les règles en vigueur pour l'accueil des élèves handicapés.

    Un problème d'accessibilité mais également d'évacuation en cas de sinistre

    « Après 10 années d’application de la loi handicap, force est de constater comme pour les collèges et les lycées, que les écoles n’ont pas encore fait de l’accessibilité une priorité » précise le rapport. Si le nombre des élèves en situation de handicap accueillis dans les écoles a considérablement augmenté, leur place à part entière dans la communauté éducative rencontre encore bien des obstacles dès le premier degrés. Un bâtiment scolaire « est considéré accessible dès lors qu'il permet aux élèves handicapés, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d'accéder aux locaux et équipements, d'utiliser les équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier de l'éducation dispensée par l'école », explique le rapport, publié mardi.

    Lien

    Source: handicapinfos.com

  • Accessibilité numérique dix ans après?

     

    Accessibilité-numérique-660x330.jpg

    Où en est l’accessibilité numérique dix ans après ?

     

    Éclipsée par le cadre bâti, la voirie et les transports, l’accessibilité des sites web des collectivités territoriales et des établissements publics n’offre pas plus d’occasions de se réjouir. Le retard accumulé est colossal : seuls 4% des sites seraient conformes à ce qu’exige la loi du 11 février 2005.

    S’inscrire sur les listes électorales, renouveler son passeport ou sa carte d’identité, autant de démarches administratives désormais possibles en ligne. Une évidence ? Pas pour tout le monde. Aujourd’hui, très peu de communes proposent des formulaires accessibles aux personnes en situation de handicap.

    À titre d’exemple, Top 78, une étude réalisée fin 2014 par une société des Yvelines, a révélé que seule une commune sur les 78 passées en revue possède un site web accessible ! Triste état des lieux.

    Lire la suite

    Lien

  • Semaine nationale des personnes handicapées physiques

    Semaine nationale des personnes handicapées physiques du 9 au 15 mars 2015

    id7008_photo.jpg

     

    Faites un geste solidaire : vous donnez, nous avançons ...

     



    A l’occasion de la semaine nationale des personnes handicapées physiques, l’Association des paralysés de France organise une opération de collecte de fonds, du 9 au 15 mars 2015, dans toute la France. Ces fonds permettront à l’association de mener à bien des projets et actions de proximité en faveur des personnes en situation de handicap moteur.

    Action Handicap du 9 au 15 mars, dans toute la France

    Durant cette semaine, les délégations départementales de l’association mèneront des actions dans toute la France (souvent sous forme de stands de sensibilisation et de vente) afin de récolter des fonds pour leurs projets de proximité en faveur des personnes en situation de handicap.

    Lien

    Source: handicapinfos.com

  • MDPH

    Maison-daccueil-specialisee-APF-Cergy-le-Haut-660x330.jpg

    Objectif de la réforme : éviter de laisser des personnes handicapées sans solution d'accueil

     

    MDPH : orientation à double détente

     

    Ségolène Neuville va réformer le dispositif d’orientation pour limiter le nombre de personnes handicapées sans prise en charge. Les MDPH rendront deux orientations : une souhaitable et une possible, en fonction des capacités d’accueil.

    Un premier pas vers le « zéro sans solution » ? Ségolène Neuville a annoncé, jeudi 5 février, une mesure visant à limiter le nombre de personnes handicapées sans prise en charge. « Un prochain amendement dans le cadre du projet de loi santé prévoira une obligation d’orientation permanente » pour les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), a expliqué Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées.

    Lire la suite

    Lien

  • Festival Croizy

    capture-ecran-page-accueil-croizy.fr_-660x330.jpg

    Festival Croizy : votez pour vos courts-métrages préférés

     

    Le festival Croizy de Philippe Croizon, invite tous les internautes à voter pour leurs courts-métrages favoris sur le handicap positif. 150 films à départager.

    Je m’éclate au ski, je découvre le stock-car, je voyage à travers le monde, je m’initie à la plongée… Depuis le 16 février, 150 courts-métrages sur le handicap, de 3 mn maximum, sont à découvrir en ligne sur croizy.fr, le site du festival Croizy sur le handicap positif. Beaucoup de récits de vie, quelques fictions, sans oublier les inévitables vidéos à la façon de Bref, la série diffusée sur Canal+, et le clip revisité de l’incontournable chanson Happy de Pharrel Williams. Les internautes peuvent voter pour leurs courts-métrages favoris jusqu’au 8 mars.

    Lire la suite

    Lien

  • Association Femme pour le Dire, Femme pour Agir (FDFA)

    Acteurs institutionnels : les femmes handicapées victimes de violences ont besoin de vous

    id7002_photo.jpg

     

    Venez assister au lancement du 1er numéro d’écoute qui leur est dédié...



    Le 6 mars, l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA) lance une plateforme d’écoute inédite à l’intention des femmes en situation de handicap et victimes de violences et de maltraitances. Ces femmes ont besoin que vous souteniez leur cause en diffusant ce numéro dans vos institutions, organismes, établissements et associations.

    Fondée en 2003, l’association a pour objet de promouvoir la place de la femme en situation de handicap, quelle que soit sa singularité, dans la société. Elle organise des journées de rencontres et de réflexion autour de thèmes liés à la femme et au handicap. Le but de l’association est de lutter contre la double discrimination d’être femme et d’être handicapée.

    Lien

    Source: handicapinfos.com

  • Secret d'une mise en accessibilté réussie

    Le bon sens : le secret d’une mise en accessibilité réussie

     

    id6994_photo.gif

     

     

    Se montrer à l’écoute et considérer la personne en situation de handicap comme un client ou un usager ordinaire.



    Il y a dix ans, la France votait une loi centrale pour la prise en compte des personnes handicapées dans la société française. Il y a dix ans, le législateur insistait sur la notion d’accessibilité et affirmait la responsabilité de l’environnement et de l’ensemble de la société française dans la lutte contre les discriminations à l’encontre des personnes en situation de handicap.

    L’objectif était ambitieux, mais néanmoins nécessaire : mettre en place un modèle inclusif plus respectueux, plus juste, plus égalitaire. Il ne s’agissait plus aux personnes handicapées de s’adapter autant que possible à l’environnement dans lequel elles étaient obligées d’évoluer, mais bien à cet environnement, à la collectivité de tendre enfin une main afin de permettre à tous ses citoyens de vivre et de se déplacer dignement. La loi donnait dix ans à la société pour se rendre accessible.

    Lien

    Source: handicapinfos.com

  • Comité d'entente dévoile les résultats de l'enquête IFOP

    10 ans de la loi handicap : entre avancées limitées et espoirs déçus, les résultats du sondage IFOP

     

    A l’occasion des 10 ans de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, le Comité d’Entente dévoile les résultats de l’enquête IFOP « Regards croisés : 10 ans après la promulgation de la loi handicap, quel est l’état de l’opinion ?»

    La loi handicap de 2005 était ambitieuse et devait largement améliorer la vie quotidienne des personnes en situation de handicap et de leur famille.

    Dix ans après les personnes concernées constatent plutôt une stagnation voire une dégradation de leur situation, malgré quelques améliorations limitées.

    Les deux piliers de la loi que sont «l’accessibilité » à la société (école, emploi, cadre bâti) et la « compensation » sont encore loin d’être effectifs.

    Si la perception du grand public rejoint en plusieurs points celle des personnes concernées par le handicap, les élus interrogés sont en net décalage et bien loin de la réalité vécue par les personnes handicapées.

     

    Téléchargez le dossier de presse et les résultats du sondage IFOP

     

    Lien

    Source: reflexe-handicap

  • Conférence de presse qui à eu lieu dans les locaux de l'APF de Vaucluse le lundi 9 février 2015

     

                                                                                                   Avignon, le 5 février 2015

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    10 ANS APRÈS LA LOI DE 2005 : LE CONSTAT

     

    1655899_10153987255900707_1939797065_n.jpg

     

     

    Conférence de Presse

    Lundi 9 février à 11h00

    dans les locaux de la Délégation APF de Vaucluse

    au 72 boulevard Jules Ferry

     

    Affirmer la citoyenneté des personnes en situation de handicap dans tous les domaines, c'est bien l'objectif de la loi du 11 février 2005 grâce à ses trois piliers fondamentaux qui garantissent l'inclusion et les valeurs de la République française:

     

    • l'accessibilité universelle, qui permet d'assurer la liberté et la mobilité;
    • le droit à compensation, qui permet de rétablir l'égalité;
    • et les Maisons Départementales des personnes Handicapées (MDPH), dispositifs d'accès aux droits fondés sur la solidarité et permettant l'effectivité des droits

    Toute brèche dans l'une de ses fondations, ayant notamment pour conséquence un recul, met en péril la structure même de la loi, fait perdre tout son sens à l'ambition initiale du législateur et réduit a néant les aspirations légitimes de millions de personnes qui l'ont attendue pendant 30 ans.

    Or, en 10 ans, de multiples brèches sont apparues: les avancées prévues par cette loi n'ont pas toutes été concrétisées, les reculs se sont multipliés. Une situation que l'APF ne peut accepter et qu'elle dénonce avec force! 

     

    10 ans après la promulgation de la loi du 11 février 2005, le temps des mots et des effets d'annonce est révolu.

    Passons au temps des actes concrets et ambitieux.

     

    Dépassons les limites de cette loi et portons son esprit initial dans tous les domaines de la vie et dans le cadre de toutes les politiques publiques, avec une approche transversale.

    Restons mobilisés!

     

    Contacts presse

    Déguène ALIX, directrice de délégation 06 64 29 47 40 ou deguene.alix@apf.asso.fr

    Cindy AMEDEAU, attachée de délégation 04 90 16 47 40 ou dd.84@apf.asso.fr

     

    Pièce jointe:

    Copie de Communiqué Presse APF - Action du 11 Fevrier (2).doc (74 Ko

     

  • Discriminations à l'embauche

    croix-rouge-640x330.jpg

    11% des discriminations à l’embauche dues au handicap

     

    Un tiers des demandeurs d’emploi ont été victimes de discriminations à l’embauche. Pour 11% d’entre elles, la discrimination était fondée sur leur handicap.

    Les discriminations à l’embauche sont loin d’être marginales à en croire les résultats du 8e baromètre du Défenseur des droits et de l’organisation internationale du travail. Un demandeur d’emploi sur trois, autant qu’en 2013, affirme en avoir déjà subi. Plusieurs fois, même, pour la moitié d’entre eux. 35% des victimes disent avoir été discriminées en raison de leur âge. C’est la première cause ressentie, devant l’apparence physique (25%) et l’origine (20%). Pour 11% des victimes, la discrimination était fondée sur leur handicap.

    Lire la suite

    Lien