AAH - Page 2

  • Allocataires de l’AAH : ce que vous devez faire quand sonne l’âge de la retraite

    Bonjour à tous!
    Aujourd'hui un petit point sur ce qu'il se passe quand la retraite approche.

    Allocataires de l’AAH : ce que vous devez faire quand sonne l’âge de la retraite

    À 62 ans, les bénéficiaires de l’AAH ayant un taux d’incapacité au moins égal à 80 % peuvent continuer à percevoir cette allocation. Mais pour cela, ils doivent d’abord demander leur pension de retraite… même s’ils n’ont jamais travaillé. À défaut, le versement de leur AAH sera suspendu.

    Vous aurez 62 ans dans quelques mois ? Si vous percevez l’allocation adulte handicapé (AAH), vous allez prochainement recevoir un courrier de votre Caisse d’allocations familiales (Caf). Un courrier d’« information concernant votre retraite » puisque vous allez atteindre l’âge légal de départ à la retraite. Si vous présentez un taux d’incapacité inférieur à 80 %, votre droit à l’AAH prendra fin.

    En revanche, s’il est supérieur ou égal à 80 %, vous continuerez à percevoir cette allocation. Depuis le 1er janvier 2017, en effet, les Caf n’exigent plus que ces titulaires de l’AAH basculent vers l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa).

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/10/09/aah-demarches-retraite/

    Source : Faire-face.fr

  • AAH : les allocataires en couple ne perdront pas un euro, assure le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées

    Le cabinet de Sophie Cluzel a expliqué à Faire-face.fr que le plafond de ressources ouvrant droit à l’AAH pour un allocataire en couple va rester inchangé à 1 620 €, dans les années à venir. Alors que l’allocation adulte handicapé à taux plein va passer à 900 €, le montant de l’AAH pour les personnes mariées, concubines ou pacsées ne va donc ni baisser… ni augmenter.

    « Le niveau de ressources des allocataires de l’AAH en couple va être préservé. » Le cabinet de Sophie Cluzel, la secrétaire d’État aux personnes handicapées, l’assure à Faire-face.fr. « La révision des règles d’appréciation des revenus des foyers pour le calcul de l’allocation adulte handicapé ne va rien faire leur perdre ».

    Mais ces quelque 250 000 allocataires ne tireront aucun gain de la revalorisation de 90 € de l’AAH, annoncée le 20 septembre par Édouard Philippe, à l’issue du comité interministériel du handicap. Pour eux, l’opération sera blanche.

    Le mode de calcul du plafond sera moins avantageux

    Le montant de l’allocation adulte handicapé dépend des ressources du foyer. Plus l’écart entre ces ressources et le plafond maximal autorisé est important, plus l’AAH est élevée. Aujourd’hui, ce plafond est égal à deux fois le plafond pour une personne seule, soit deux fois 810 €, le montant de l’AAH à taux plein.

    Le gouvernement a décidé d’abaisser ce coefficient multiplicateur. À 1,9, le 1er novembre 2018, lors de la revalorisation exceptionnelle de l’AAH à 860 €. Puis à 1,8 le 1er novembre 2019, lors de la seconde hausse, à 900 €. Si les revenus de votre conjoint restent stables, le montant de votre AAH fin 2019 sera donc le même qu’aujourd’hui puisque la baisse du coefficient multiplicateur sera compensée par la hausse du plafond pour une personne seule.

    Se rapprocher du mode de calcul des autres minima

    Mais pourquoi changer ce plafond de ressources ? Selon le dossier de presse rendu public à l’issue du comité interministériel du handicap, l’objectif est de rapprocher les règles entre minima sociaux. Aujourd’hui, pour le RSA, le plafond de ressources pour un allocataire vivant en couple est égal à 1,5 fois le montant de ressources pour une personne seule.

    « C’est logique, explique-t-on au cabinet de Sophie Cluzel. Le fait de vivre en couple est source d’économies d’échelle [Exemple : le loyer d’un logement pour deux n’est pas égal au loyer de deux logements pour une personne seule]. Pour les unités de consommation dans un ménage, l’Insee compte ainsi le premier adulte pour 1 et chaque personne supplémentaire âgée d’au moins 14 ans pour 0,5. »

    Le cabinet prend toutefois bien soin de préciser qu’il n’est pas question de s’aligner sur le RSA mais de s’en rapprocher. « Le plafond de ressources pour un couple pour l’AAH sera fixé à un niveau permettant de garantir qu’il n’y a aucun perdant.  »

    Source : Faire Face 

    Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.faire-face.fr/2017/09/25/couple-aah-euro/

  • Vers une revalorisation de l'allocation adulte handicapé

    Un comité interministériel du handicap se tient ce mercredi. A l'ordre du jour, la revalorisation de l'allocation adulte handicapé. L'association des paralysés de France demande à ce qu'elle soit au niveau du SMIC.

    L'allocation adulte handicapé devrait être revalorisée : Le sujet est à l'ordre du jour ce mercredi du premier comité interministériel du handicap dans le gouvernement Philippe. Les personnes handicapées vont regarder attentivement si Emmanuel Macron va tenir sa promesse de campagne : la porter à 900 euros...

     

    L'augmentation ne devrait pas se faire en une fois, et on devrait connaître ce mercredi le calendrier de la revalorisation. La secrétaire d'Etat au handicap, Sophie Cluzel, parle d'une revalorisation d' "au moins 100€", mais échelonnée dans le temps avec une augmentation "massive" dès 2018.

    "Même s'il y a une augmentation de 100 euros, on reste en dessous du seuil de pauvreté" - Mireille Fouqueau, APF

     

    Pour lire l'article dans son intégralité et écouter l'interview de Mireille Fouqueau, directrice territoriale de l'APF Bouches-du-Rhône et Vaucluse :https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/vers-une-revalorisation-de-l-allocation-adulte-handicpe-1505836355

    Source: Francebleuvaucluse.fr

  • La revalorisation de l'AAH sera annoncée le 20 septembre

    Prévue pour 2018, la revalorisation de l'Allocation adulte handicapé (AAH) sera annoncée lors d'un comité interministériel du handicap (CIH) le 20 septembre 2017. C'est ce qu'a annoncé, le 5 septembre, la secrétaire d'État chargée du handicap, Sophie Cluzel, en marge d'un déplacement dans une école à Paris. Venue à la rencontre d'un élève handicapé scolarisé dans une école élémentaire du XIIe arrondissement, Mme Cluzel a rappelé sa volonté de poursuivre la professionnalisation des auxiliaires de vie scolaire (AVS), entamée par le précédent gouvernement, et de leur permettre d'accompagner les enfants handicapés également en dehors de l'école, par exemple à l'occasion d'activités périscolaires.

    Tous les sujets abordés

    « Cette question sera au menu du premier comité interministériel du handicap du quinquennat, qui se tiendra le 20 septembre et abordera tous les sujets permettant d'améliorer le parcours de la personne handicapée, de la naissance à la vieillesse », a-t-elle ajouté, évoquant également la simplification de l'accès aux droits. La revalorisation de l'allocation adulte handicapé sera annoncée à cette occasion, a-t-elle précisé sans vouloir en dévoiler le calendrier.

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-revalorisation-aah-cih-853-10145.php

    Source : Handicap.fr

  • ACS en cas d'AAH : une aide pour payer sa mutuelle ?

    Comment bénéficier d'une aide financière destinée à l'acquisition d'une mutuelle (complémentaire santé) ? Ce dispositif, relativement méconnu, pourtant mis en place en 2005, c'est l'ACS (Aide au paiement d'une complémentaire santé). Elle concerne toutes les personnes dont les ressources sont modestes mais supérieures au plafond fixé pour l'attribution de la Couverture médicale universelle complémentaire (CMU-C). Pour en bénéficier, une personne seule, résidant en Métropole, devra avoir des ressources mensuelles comprises entre 727 (en dessous, elle est éligible à la CMU-C) et 981,33 euros (11 776 euros par an).

    En cas d'AAH ?

    Les allocataires de l'AAH (allocation adulte handicapé), avec un maximum à taux plein à 810,89 euros, sont donc concernés même s'ils perçoivent la majoration pour la vie autonome (104,77 euros) mais pas s'ils touchent le complément de ressources (179,31 euros). En effet, 179,31 + 810,89 = 990,20 : le plafond est dépassé de 8.87 euros. La situation pourrait encore évoluer à l'avenir car la hausse conséquente de l'AAH promise par le gouvernement dès 2018 pourrait "fragiliser" l'accès à cette mesure. Au total, une fois l'augmentation annoncée de 90 ou 100 euros par mois obtenue, le montant total de l'AAH permettrait toujours aux personnes la percevant (elle serait alors de 900 ou 910 euros) de bénéficier de l'ACS mais plus à celles ayant également la majoration pour la vie autonome. A moins que les modes de calculs ne soient modifiés en conséquence ; affaire à suivre.

    L'APF sur le front

    A ce sujet, Véronique Bustreel, de l'APF (Association des paralysés de France), souligne que "l'un des enjeux importants est de s'assurer que toute revalorisation ne s'accompagne pas d'une rupture ou d'une perte de droit. Il est ainsi essentiel de veiller aux plafonds des droits connexes. Afin de lever ces difficultés récurrentes et d'ouvrir l'accès à une meilleure couverture de santé, l'APF appelle à une neutralisation des compléments d'AAH (complément de ressources et MVA) pour le calcul de l'accès à l'ACS". Attention : pour les bénéficiaires d'une aide au logement, hébergés gratuitement ou propriétaires de leur logement, un montant forfaitaire (64,41 par mois) est ajouté à leurs ressources dans un souci d'équité avec un demandeur ACS qui supporterait des charges de logement sans aide. Parce qu'il est difficile d'entrer dans les détails, mieux vaut s'en remettre au simulateur en ligne qui permet à chacun d'estimer plus minutieusement ses droits.

     

    Pour lire l'article dans son intégralité : https://informations.handicap.fr/art-AAH-ACS-mutuelle-853-10086.php

    Source : Handicap.fr

  • AAH : une augmentation "massive" dès 2018 ?

    « Le Président de la République a souhaité que l'on aille très vite sur la revalorisation de l'Allocation adulte handicapée et que nous ne soyons pas dans un étalement dans le temps à l'échelle du quinquennat. »

    1er lieu : amélioration des ressources

    C'est ce qu'a déclaré, le 19 juin 2017, Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge du handicap, lors de sa première allocution devant les membres du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées). « Les chantiers d'action sont nombreux, en premier lieu, l'amélioration des ressources, a-t-elle déclaré ». Dans son discours, Sophie Cluzel affirme que le chef de l'Etat « sait le poids budgétaire de cette mesure » mais a considéré qu'il « n'était pas acceptable aujourd'hui, qu'en France, il y ait des gens qui soient placés sous le seuil de pauvreté du fait de situations qu'ils leur sont imposées ».

    Sur la loi de finances 2018

    Il a ainsi donné consigne au Ministre en charge des Comptes publics sous l'autorité du Premier ministre de faire en sorte qu'il y ait une traduction « concrète, massive » de cet engagement dès le projet de loi de finances 2018. Alors qu'il était candidat, Emmanuel Macron avait promis une réévaluation de 100 euros de l'AAH à taux plein. Les personnes concernées redoutaient alors que cette augmentation ne soit étalée sur 5 ans, comme l'avait fait Nicolas Sarkozy ; ce qui ne serait apparemment pas le cas.

    Lire la suite : https://informations.handicap.fr/art-aah-augmentation-2018-853-9970.php

    Source : Handicap.fr